GFV, un placement dans le vin qui cumule les atouts


 Article VIP    Validé le 24/08/2020    31 vues


GFV, un placement dans le vin qui cumule les atouts

Investir dans un marché rentable est le rêve de nombreuses personnes. Non seulement cela offre une rentrée d’argent supplémentaire, mais en plus elle permet de diversifier son patrimoine. En effet, un bon placement fait profiter de certains avantages. Il est donc nécessaire de choisir un investissement qui offre plusieurs atouts. C’est notamment le cas du placement dans le vin avec le GFV.

GFV : qu’est ce que c’est ?

Le GFV ou groupement foncier viticole est une forme de groupement foncier agricole non-exploitant. Sur le point de vue juridique, il s’agit d’une société civile. En principe, elle est créée par des particuliers désireux de mutualiser l’acquisition d’une propriété viticole. En d’autres termes, ils mettent une somme d’argent en commun pour acquérir de la terre et des vignes.

Le capital du GFV est divisé en parts souscrites par un nombre limité d’associés. Le nombre de parts diffère d’un GFV à un autre dépendamment du lieu. Cependant, on peut affirmer que le montant minimum s’élève à plusieurs milliers d’euros.

L’exploitation est confiée par bail à long terme à un viticulteur professionnel. C’est également ce dernier qui se chargera de la commercialisation de la production. En contrepartie de leurs investissements, les associés reçoivent des avantages fiscaux, en nature (bouteille de vin), une rémunération en numéraire… Vous aurez compris que l’objectif d’un GFV est la propriété collective d’un domaine viticole et de le rentabiliser.

Bon à savoir : le groupement viticole foncier est régi par la loi n° 701299 du 31 décembre 1970, modifié par la loi n° 80502 du 4 juillet 1980.

Les avantages fiscaux du placement viticole

Les avantages fiscaux font partie des principaux atouts du GFV. Il faut savoir que les successions ou donations à titre gratuit sont exonérées de droits à hauteur de 75 % dans la limite de 300 000 euros (par bénéficiaire). Au-delà de ce seuil, l’abattement est de 50 %.

Il y a également l’impôt sur la fortune immobilière dont la taxation est réduite de 75 % dans la limite de 101 897 euros. La réduction passe à 50 % au-delà de ce seuil.

Par ailleurs, les revenus annuels d’un associé de GFV sont considérés comme des revenus fonciers. Ainsi, ils sont taxés sur l’impôt sur le revenu (IR) sous le régime du micro foncier. Sachez qu’il est possible de choisir le régime réel et de profiter de la déduction de certaines charges.

La rémunération des associés avec le GFV

Les revenus dégagés par un GFV varient entre 1 et 3 % du capital souscrit. Par ailleurs, chaque associé a la possibilité d’acheter du vin au tarif propriétaire.

Les associés du GFV peuvent également compter sur la revalorisation de leurs parts. Cette dernière se fait en fonction de l’évolution du prix des vignobles de la région, de la production, de qualité, de la commercialisation… En moyenne, on s’attend à une revalorisation du patrimoine de 1 à 2 %.

En cas de revente, c’est le régime des plus-values immobilières qui est appliqué.

En résumé, le GFV, un placement dans le vin qui cumule les atouts, est accessible à tous, en plus d’être fiable et peu risqué.